[Le texte suivant est apparu pour la premiĆre foi dans mon essai sur la fantasie «Et le monde est devenu étrange» (voir la bibliographie ci-dessous).]

e roi de la rivière d'or par John Ruskin illustre le conte de fées littéraire, une forme qui, comme la ballade littéraire, imite les produits populaires ou anonyme de la tradition populaire. Cet conte de Ruskin, qu'il a écrit en 1841, deux ans avant qu'il ne commence Les peintures modernes [Modern Painters], raconte Hans et Shwartz, deux égoïstes, les frères du mal dont l'avidité leur co×te leur édénique La vallée de trésor [Treasure Valley], puis de leur vie, et le troisième frère, Gluck, dont les générosité et l'auto-sacrificere restaurer la fertilité de la vallée. Un soir d'hiver froid lorsque Gluck est garde la maison, un visiteur fée arrive et demande à entrer:

Il a été le plus extraordinaire cherche petit monsieur, il n'avait jamais vu dans sa vie. Il avait un nez très large, un peu de couleur laiton, et l'expansion vers sa terminaison en développement n'est pas sans rappeler l'extrémité inférieure d'un clairon clés; ses joues étaient très rond et très rouge, et auraient pu justifier une supposition qu'il avait été soufflant le feu refractaire pour les dernières heures huit et quarante, et ses yeux brillaient joyeusement par de longs cils soyeux, ses moustaches frisées deux fois le tour, comme un tire-bouchon de chaque côté de sa bouche, et ses cheveux, d'un curieux mélange de poivre-et- la couleur du sel, le goudron est descendu sur les épaules. Il était environ 1.37 m. de hauteur, et portait un chapeau conique fait de près à la mÉme altitude, orné d'une plume noire environ trois pieds de long. Son pourpoint était prolongée derrière en quelque chose ressemblant à une exagération violente de ce qu'on appelle aujourd'hui une queue d'hirondelle», mais était bien caché par les plis d'un énorme gonflement noir, manteau glacé prospectifs, qui doit avoir été beaucoup trop long dans le calme météo, le vent, sifflant autour de la vieille maison, réalisée à partir de préciser les épaules du porteur à environ quatre fois sa propre longueur. [Œuvres, I, 316]

Lorsque les frères cruels et avares retour à domicile , ils s'y attendre afin de leur étrange visiteur, qui se révèle Étre le Vent Sud-Ouest Esquire, de quitter. Sur le coup de minuit, les frères sont réveillés par un énorme fracas découvrent que leur pièce est inondée. «Ils pourraient voir dans le milieu d'elle un globe énorme de mousse, tourner en rond, et monte et descend comme un bouchon, sur lequel, comme sur un coussin plus luxueux, inclinée le vieux petit monsieur, casquette et tout. Il y avait beaucoup de l'espace pour cela maintenant, car le toit a été désactivé» (1.323).

La lumière du matin révèle que leur vallée précieux, dont les richesses qu'ils n'ont jamais partagé, a été transformé en un désert de sable rouge, et ainsi, ne pas avoir appris leur leŹon, ils camp pour la ville la plus proche où ils se sont érigés en trichant orfèvres. ╦ défaut de prospérer, ils ont bientôt fondre tout l'or thésaurisé jusqu'à ce qu'ils aient seulement tasse de Gluck, qui un oncle avait donné le petit garŹon. «La tasse était une tasse très étrange à regarder. La poignée est formée de deux couronnes de longs cheveux d'or, si finement filé qu'il ressemblait plus à de la soie que le métal, et ces couronnes descendus dans, et mélangé avec une barbe et les moustaches du mÉme travail exquis, qui ont entouré et décoré un visage très peu farouche, de l'imaginable plus rouge d'or, à droite sur le devant de la tasse, avec une paire d'yeux, dans laquelle elle semblait commander toute sa circonférence» (1.326-27) . Placer la tasse dans le melting-pot, les frères partir pour le cabaret et d'instruire leur frère cadet de regarder sur le pot. En regardant par la fenÉtre à la dessiccation reste de sa bien-aimée de la vallée au trésor, Gluck est étonné d'entendre le chant d'or fondu, et quand sur ses ordres, il décante, saute un nain d'or d'un pied et haute demi — le roi de la rivière d'or, qui avait été enchantée par un sort maléfique. Les récompenses reconnaissant alors roi de Gluck en lui disant comment faire sa fortune: «Celui qui doit monter au sommet de cette montagne d'où vous voyez la question rivière d'or, et jeté dans le ruisseau à sa source trois gouttes d'eau bénite, pour lui, et pour lui seul, le fleuve est tourne vers l'or. Mais personne ne manquer à sa première, ne peut réussir dans une seconde tentative, et si l'on doit jeter l'eau malsaine dans la rivière, il l'accable, et il sera devenir une pierre noire» (1.331). On pouvait s'y attendre, les deux frères, qui essaient de tromper les uns les autres, se transforment en pierres noires, tandis que Gluck, qui donne sa dernière eau bénite à un vieillard, un enfant et un chien (qui tous se révèlent Étre le roi nain en guise de magie), est récompensée par le nouveau roi de la rivière d'or avec trois gouttes de rosée. Lorsque saupoudré sur la source de la rivière, ils transforment la vallée désertique de nouveau dans un paradis terrestre.

Bien que Ruskin utilise le conte de fées pour faire respecter la morale que l'égoïsme est mauvais et destructeurs, son point principal est un enjeu central de toute sa carrière en tant que critique d'art et de la société — à savoir, comme il le dit dans Unto This Last (1860), que «IL N'Y A PAS RICHESSE QUE LA VIE. La vie, y compris tous ses pouvoirs de l'amour, de joie et d'admiration» (17.105). Néanmoins, ses déclarations ultérieures au sujet de la fantaisie et l'imagination donnent à penser que la compréhension de ces idées est plus à une expérience secondaire et non pas la principale il l'entendait. Selon sa conférence «Fairy Land» dans L'art de l'Angleterre (1884), l'art fantastique ou de fées est l'art qui a l'intention de ne traiter que l'imagination enfantine, et dont l'objet est essentielle à divertir avec grëce» (33.332). Pour lui, un tel objectif est extrêmement important.

Ruskin a trop souvent été pensé à tort d'épouser un didactisme brut, en partie parce qu'il avance avec beaucoup de force l'idée que les artistes commencent devrait présenter la vérité visuelle. Mais, en fait, comme il l'invite à plusieurs reprises dans Les peintres modernes et ses autres écrits, le plus précieux, plus d'éducation, de la fonction la plus morale de l'art est tout simplement d'Étre belle. Il peut prendre une telle approche undidactic aux arts, car ses théories de la beauté supposer que la beauté est un plaisir divin destiné à la jouissance de ce qui est en soi un acte moral et spirituel. Similiarly, quand il écrit de la littérature et l'art de fées pour les enfants, il s'oppose à son vulgarisation par l'intention didactique parce qu'il croit que excercising l'imagination des jeunes est en soi un objet le plus précieux. Appropriée, Ruskin commence sa conférence sur l'art de fées en annonŹant qu'il prendra Gradgrind de Dickens, l'éducateur archétype utilitaire qui voulaient les enfants à apprendre des faits et de réprimer leur imagination. Comme Dickens, Ruskin travaille au sein d'une tradition morale et philosophique qui a tenu ce sentiment et l'imagination jouent et doivent jouer des rôles-déterminant dans la décision morale, de sorte que de développer l'imagination est de développer un esprit mature de l'homme. Ruskin dit donc à son auditoire que «il est tout à fait une loi inexorable de cette pauvre nature humaine qui est le nôtre, que dans le développement de ses débuts en bonne santé, «il est mis par le ciel dans la nécessité absolue d'utiliser son imagination ainsi que ses poumons et ses les jambes; — qu'il est obligé de développer sa puissance d'invention, comme un oiseau ses plumes de vol» (33.329).

Bibliographie

Landow, George P. "And the World Became Strange: Realms of Literary Fantasy" The Georgia Review 33, Number 1 (Spring 1979)" 15-16.

Ruskin, John. Works. Eds. E. T. Cook and Alexander Wedderburn. Library edition. London, 1903-1912.


Website Overview Screen John Ruskin Genre Literature

Dernière modification 10 Juillet 2006; traduction 4 Aoôt 2010