[Traduit en Octobre 2009 par Susana Garca Hiernaux (e-mail susanamaria@garciahiernaux.com). Les références vont ou bien à la traduction française ou bien, si elle na pas encore était crée, la version anglaise originale. George P. Landow, fondateur et éditeur de la Victorian Web, a fait les HTML, le formatage, et les liens.]

Né à Clontarf (près de Dublin, Irlande) le 8 novembre 1847, Bram (Abraham) Stoker est reconnu comme un des auteurs gothiques les plus proéminents de la fin du siècle victorien. Athlète accompli, journaliste, auteur, biographe, critique et directeur de théâtre, Stoker est reconnu pour son chef-d'œuvre gothique Dracula (1897). De même que sa création immortelle, le compte Dracula, la vie de Stoker se déroule dans le mystère, depuis sa participation supposée dans les cercles occultes jusqu'à sa mort prétendue de syphilis.

Bram Stoker s'instruit au Trinity College, où il gagne des honneurs dans le domaine de la science, les mathématiques, l'art oratoire, l'histoire et la composition («Nécrologie »). Après avoir obtenu la maîtrise, il est entré dans la fonction publique irlandaise où il exerce d'inspecteur des petites séances (Inspector of Petty Sessions) (Byron 9). En 1876 Stoker rencontre l'acteur Henry Irving et il décide de s'installer à Londres jusqu'en 1878. Il devient alors le directeur du célèbre Théâtre Lyceum. C'est là que Stoker commence à faire partie des cercles à la mode grâce aux quels nous connaissons son caractère et ses influences. Dans la même année, Stoker se marie avec Florence Balcombe, qui avait été, à son tour, flattée par Oscar Wilde. Il y a eu beaucoup de spéculations autours de la famille des Stoker, par exemple le fait que le mariage de Bram soit sans amour (10). Le seul enfant des Stoker, Noel, est né en 1879.

L'intérêt de Stoker pour le surnaturel et les sciences occultes — ce qui deviendra un foyer saillant pour sa dernière fiction — peut s'être ancré lors de sa maladie d'enfance non identifiée qui l'a gardé censément cloué au lit jusqu'à l'âge de sept ans. Cet isolement fait naître également son intérêt pour le folklore irlandais lequel était souvent composé d'histoires de crottes et de vampires. En fait, les derniers intérêts de Bram Stoker ont inclus "l'égyptologie, les traditions babyloniennes, les projections astrales et l'alchimie" (Bedford 211). On a dit de lui qu'il était membre, avec W.B. Yeats et Aleister Crowley, de l'ordre de l'aube d'or (Order of the Golden Dawn), un cercle ésotérique de magiciens ; cependant, aujourd'hui, de telles rumeurs sont, en grande partie, considérées comme apocryphes.

Bram Stoker a publié ses histoires depuis 1872, en incluant la Crystal Cup (Coupe en cristal) (1872), sa première histoire d'horreur The Chain of Destiny (La chaîne du destin) (1875), une collection des histoires d'enfants Under the Sunset (Sous le coucher du soleil) (1881) et son premier roman The Snake's Pass (Le laisser-passer su serpent) (1890), mais il n'a connu de renommé que jusqu'au succès écrasant de Dracula (1897). Les réactions dans les journaux furent nombreuses, mais généralement positives. Une critique en 1897 dans l'Athenaeum déclare même que Stocker va «'un mieux' que d'autres dans le champ [surnaturel] » (Senf 59). Il a commencé le roman en 1890 lorsqu'il était sous l'influence de sa visite à Whitby, où il découvrit dans Account of the Principalities of Wallachia and Moldavia (Compte des principautés de Wallachia et Moldavie) de Guillaume Wilkinson une référence au Dracula historique (Byron 27). ( l'origine, le roman devait avoir pour titre «les Non morts »). Il a exploré aussi le folklore de l'Europe de l'Est et la géographie dans les guides de voyage, la source la plus bien connue étant The Land Beyond the Forest (La terre au-delà de la forêt) d'Emily Gerard (1888). Les causes du succès de Dracula sont nombreuses, ce roman est devenu la base littéraire pour des mises en scène et des adaptations musicales et cinématographiques et, plus récemment, il est devenu centre d'études académiques approfondis.

Bram Stoker a continué d'écrire de la littérature gothique et de la fiction fantastique, The Lair of the White Worm (La tanière du ver blanc) (1911) est un clair exemple, ce texte sera ensuite adapté au cinéma. Stoker publia de même la biographie de Henry Irving, Personal Reminiscences of Henry Irving (Réminiscences personnelles de Henri Irving) (1906). En 1907, il fait parti de la discussion sur la censure avec ses essais «The Censorship of Fiction » (La censure de la fiction) et «The Censorship of Stage Plays » (La censure de la scène) qui ont été publiés dans The Nineteenth Century (Le dix-neuvième siècle) (Byron 28). «L'invité de Dracula », un chapitre excisé de Dracula, a été publié à titre posthume en 1914.

Malade depuis 1906, Stoker est mort le samedi soir 20 avril 1912, dans le numéro 26 de la rue St. George S.W. à Londres («Nécrologie »). Sa mort, bien que souvent attribué à la syphilis, fut probablement en raison d'une congestion cérébrale.

Travaux Cités

Byron, Glennis. Dracula. By Bram Stoker. Ontario: Broadview, 2000.

«Nécrologie». The Times. April 22 1912: 39879; col E.

«La révision de Dracula». La Réponse Critique à Bram Stoker. Ed Carol A. Senf. Londres : Greenwood Press, 1993.


Victorian Web Overview

Bout modifié 30 April 2008; traduit Octobre 2009